Accueil
 
imprimer in English

Pauline Bonaparte

La Vénus de l’Empire

Traduction de :Patrice Repusseau
 
La vie passionnante de la sœur préférée de Napoléon.
Célébrée pour sa beauté et pour ses passions, immortalisée par la statue de Canova qui la représente quasiment nue, et toujours profondément fidèle à son frère, Pauline Bonaparte Borghèse est un personnage fascinant.
Par Flora Fraser, biographe de grande renommée.
Pauline Bonaparte. Vénus de l'Empire

Date de publication : 24-08-2011
ISBN 978-2-87495-149-7
320 pages - 23,30 €

Argumentaire | Consultation en ligne | Extraits de Presse | Extrait | In English | Bonus | Retour | Nouvelle recherche | Donnez votre avis sur le livre

Argumentaire

Pauline Bonaparte (1780-1825), princesse Borghèse, la sœur préférée de Napoléon, est un personnage fascinant. Enjouée, provocatrice, frivole, mais aussi courageuse, elle ne laissa personne indifférent.
Au tournant du XIXe siècle, elle était considérée par beaucoup comme la plus belle femme d’Europe. Elle a choqué le continent par l’audace de ses amours, sa garde-robe, ses bijoux somptueux, et par sa décision de poser presque nue pour le sculpteur Canova.
Si la vie privée de Pauline a été marquante, sa fidélité à l’empereur l’est tout autant. Ainsi, quand Napoléon fut exilé à l’île d’Elbe, Pauline fut le seul membre de la famille Bonaparte à le suivre là-bas, et, après Waterloo, elle demanda à être autorisée à le rejoindre à Sainte-Hélène.
Aucun biographe n’a puisé si profondément dans les archives et n’a si étroitement étudié l’une des plus proches relations de l’homme qui a façonné l’Europe moderne.
Avec ce portrait, Flora Fraser jette une lumière nouvelle sur l’époque napoléonienne.

Ce livre a connu un grand succès lors de sa parution en anglais :

Une reconstitution méticuleuse et dramatique de la vie de Pauline Bonaparte. […] Flora Fraser illustre aussi le rôle personnel de Pauline dans l’héritage napoléonien.
(Lisa Hilton, Times Literary Supplement)

Un portrait fouillé de Pauline Bonaparte. […] Une biographie passionnante.
(Munro Price, History Today)
 
Fraser brosse un portrait plein de panache d’un être ardent et volage.
(Gilbert Taylor, Booklist)
 
  • Le livre a également été traduit en italien (2009), en japonais (2010) et en portugais du Brésil (traduction en cours).

Consultation en ligne

Télécharger gratuitement 30 pages du livre contenant la table des matières, ainsi que les premières pages de plusieurs chapitres.
Ouvrir le PDF (428,84 Ko)

Extraits de presse

 

Radio :

 

Le 4 octobre 2011, à 18h39, France Bleu Creuse, dans sa rubrique littérature, a fait la promotion du livre de Flora Fraser. Un exemplaire de l'ouvrage a été proposé en concours aux auditeurs. Plus d'infos ici

 

En septembre 2011, Edmond Morrel a présenté le livre dans la rubrique “Quatrième de couverture” de son émission “Entre les lignes” sur UP Radio.

 

Presse écrite et Internet :

 

C’est la très romanesque vie de Pauline Bonaparte que retrace Flora Fraser dans cette passionnante biographie, fruit d’un très méticuleux travail d’archive.
(Jean-Paul Fourmont, Parutions.com, 20 décembre 2011)
Tout l'article
 

Exigeante et capricieuse, parfois cynique, Pauline Bonaparte révèle une forte personnalité. […] L'auteur ne fait grâce d'aucun détail sur les amours fluctuantes de la Princesse et son goût immodéré des toilettes et des bijoux, mêlé au désir d'émerveiller son entourage.

(L'Hebdo des notes bibliographiques, 1er décembre 2011)

Tout l'article

 

Publiés en anglais, le présent ouvrage a été chaleureusement apprécié par la presse anglaise. Nous ne doutons pas que le public francophone en apprécie également tant l'érudition puisée aux meilleures sources que le style agréable à lire.
(Ronald Hellin, Histoire et Enseignement, novembre 2011)
Tout l'article
 
Flora Fraser réussit un portrait psychologique nuancé, détaché de toute empathie excessive. Au jugement, elle préfère l'art délicat de la peinture. Avec un sens du récit propre aux Anglo-Saxons, elle tient son lecteur en haleine en mêlant habilement la vie de Pauline à la grande histoire.
(Bruno Calvès, Revue du Souvenir Napoléonien, novembre 2011)
Tout l'article

 

Le 28 octobre 2011, la Fondation Napoléon a présenté le livre de Flora Fraser sur son site (rubrique “Magazines et actualités”) et dans sa lettre d'information hebdomadaire.

 

L'écrivain anglais Flora Fraser s'est faite la biographe de Pauline Bonaparte, la sœur préférée de Napoléon.

(La Libre Belgique, 14 novembre 2011)

 

De très loin, avec bien sûr sa belle-sœur, Joséphine, Pauline Bonaparte est l'un des personnages les plus sympathiques de l'épopée impériale. Légère mais courageuse, inconséquente et fidèle, dépensière et généreuse, la sœur de Napoléon Ier est une héroïne de roman. […] Ses amours, ses dépenses, son cadre de vie raffiné sont le décor du joli récit de Flora Fraser. 

(Point de vue, 28 septembre 2011)
Tout l'article

 

Le 16 septembre 2011, le livre de Flora Fraser a été présenté sur le blog de Philippe Poisson L'Indépendant.

Tout l'article
 
Le livre a été présenté sur le site Herodote.net.
 

Extraits d'articles de la presse anglaise, américaine et italienne parus lors de la publication du livre dans ces pays : 

 

Fraser, l'auteur des biographies d'Emma Hamilton, de la reine Caroline, et des six filles de George III, toutes couvertes de louanges par la critique, préfère éclairer l'Histoire à partir des coulisses de la vie domestique.

(Alida Becker, The New York Times)

Tout l'article

 

“Singulier composé de ce qu'il y avait de plus complet en perfection physique et ce qu'il y avait de plus bizarre en qualités morales”, Pauline était célèbre de son temps pour ses légions d'amants, mais la reconstitution méticuleuse et dramatique de sa vie que propose Flora Fraser ne présente pas seulement une saisissante étude de la psychologie de la beauté, elle illustre aussi le rôle personnel de Pauline dans l'héritage napoléonien.

(Lisa Hilton, Times Literary Supplement)

Tout l'article

 

On attendait depuis longtemps un portrait fouillé de Pauline Bonaparte, et c'est ce que nous donne Flora Fraser. […] Comme le montre à l'évidence cette biographie passionnante, Pauline ne partageait pas que les vices des Bonaparte, mais aussi leurs vertus.

(Munro Price, History Today)

Tout l'article

 

Dans son nouveau livre, Flora Fraser présente l'histoire extraordinaire de Pauline Bonaparte avec élégance et assurance, en évitant la tentation du biographe d'innocenter ou de noircir son sujet.

(Ruth Scurr, Books)

Tout l'article

 

Flora Fraser continue à enchanter les lecteurs avec ses récits de femmes marginalisées ou de femmes magnifiques. […] Comme le montre la longue liste de sources consultées et les notes fortes utiles, cette biographie savante s'appuie sur l'étude méticuleuse d'une quantité de documents originaux et d'ouvrages déjà publiés.

(Ray Ockenden, Wadham College Gazette)

Tout l'article

 

En mettant en lumière la volonté de fer et le sens pratique sous les frivolités de cette dictatrice de boudoir, Fraser brosse un portrait plein de panache d'un être fringant et volage.

(Gilbert Taylor, Booklist)

Tout l'article

 

Flora Fraser a sorti de l'ombre Pauline Bonaparte et, à travers des archives, des journaux et des lettres, révèle l'une des femmes des plus malicieuse, intrigante et séduisante du XIXe siècle.

(Sandra McElwaine, The Washington Times)

Tout l'article

 

Flora Fraser possède les qualités qui sont typiques des grands biographes anglo-saxons : une documentation bibliographique et archivistique impeccable, mais aussi la simplicité et le plaisir de l'écriture.

(Antonio Paolucci, L'Osservatore Romano)

Tout l'article

 

La sublime Pauline Bonaparte qui scandalisa l'Europe.

(Corriere della Sera)

Toute l'article

Extrait

L’inclinaison de la tête de Pauline est si célèbre – pour ne rien dire du galbe de ses seins et de sa hanche dans la statue où, nue et couchée, presque grandeur nature, elle orne maintenant la galerie de la Villa Borghèse de Rome – qu’il est étonnant de penser que cet emblème rose perlé de l’empire napoléonien aurait pu ne jamais voir le jour. Ce n’est pas que Pauline rechignât à être sculptée dans le marbre – et “presque nue” – en Vénus victorieuse. Dans une lettre adressée à son oncle Fesch en avril 1804, Napoléon avait dit de Pauline : “Dites-lui donc de ma part que déjà elle n’est plus belle, qu’elle le sera beaucoup moins dans quelques années, et que, toute sa vie, elle doit être bonne et estimée.” Se faire représenter le buste, les bras et le ventre dénudés n’allait peut-être pas lui attirer de l’estime, mais, comme toujours, Pauline ne se souciait nullement de sa réputation. Et, quoi que Napoléon pût dire, elle savait qu’elle était belle et le resterait vraisemblablement, suscitant l’admiration de tous ceux qui poseraient leurs regards sur elle.

Même l’écrivain Chateaubriand, qui avait accompagné le cardinal Fesch à Rome comme secrétaire particulier, tomba sous le charme de “la diva Paolina” le jour où il fut chargé de lui remettre des escarpins arrivés de Paris par la valise diplomatique. En général, Chateaubriand ne goûtait guère les basses besognes que Fesch lui assignait, mais, introduit dans l’appartement du palais Borghèse où la princesse était à sa toilette, le commis voyageur oublia son dépit. Il fit une description lyrique de leur rencontre : “La jeune et jolie chaussure qu’elle mit à ses pieds ne devait fouler qu’un instant cette vieille terre.” Plus tard, il se souvint qu’“elle brillait de tout l’éclat de la gloire de son frère…” […]

La nymphomanie, ou obsession sexuelle et appétit insatiable pour la stimulation génitale, n’était pas la seule infirmité dont on accusait Pauline dans ces années-là. Apparemment, quand elle était plongée dans l’affliction, Joséphine continuait à maintenir que son mari Napoléon était “trop intime” avec Pauline…

In English in English

Click here to show or hide english description

Bonus

- Téléchargez gratuitement la couverture en grand format. (1,58 Mo)
- Téléchargez gratuitement quelques portraits de Pauline Bonaparte. (1,49 Mo)

envoyer à un ami
Dernières nouvelles de la maison Guy Verhofstadt et Daniel Cohn-Bendit ont reçu le prix “European Leader of the year 2013” pour leur livre Debout l'Europe !
 
Soutenons “La Quinzaine littéraire” !
Pour devenir actionnaire du journal et combler son déficit, cliquez ici.
 
AVE SE LANCE DANS LE NUMÉRIQUE !
10 livres sont actuellement numérisés et disponibles sur toutes les plateformes :
Guy Verhofstadt et Daniel Cohn-Bendit : Debout l'Europe !
Colette Braeckman : L'Homme qui répare les femmes
Pauline Kayitare : Tu leur diras que tu es hutue
Élie Barnavi : Aujourd'hui, ou peut-être jamais
Élie Barnavi : L'Europe frigide
Ladislaus Löb : L’Affaire Kasztner. Le Juif qui négocia avec Eichmann
J. I. de Haan : De notre envoyé spécial à Jérusalem
Al-Quaida : Manuel pratique du terroriste
Sade : Florville et Courval
Laure Guilbert : Danser avec le IIIe Reich

La suite de nos ouvrages très prochainement !
 
Pauline Kayitare (Tu leur diras que tu es hutue) a remporté le Prix littéraire Laurence Tran. Ce prix récompense les ouvrages véhiculant des valeurs telles que le rapprochement entre les cultures, la défense des libertés et la solidarité pour les démunis. 
 
Le docteur Denis Mukwege, un héros congolais.
Son courageux combat est raconté par Colette Braeckman dans le livre L'Homme qui répare les femmes.
En publiant son récit, nous souhaitons relayer son combat, amplifier son appel au secours, et ne pas permettre, malgré les menaces, que sa voix soit étouffée !
 
Le livre de Chantal Morelle, Comment de Gaulle et le FLN ont mis fin à la guerre d’Algérie, a remporté le Prix “Mondes en guerre, mondes en paix” 2012. Plus d'infos ici.  
 
Les Paradis fiscaux : “La plus récente bible sur le sujet.” (Edwy Plenel, Mediapart)
 
Le Nouveau Monde arabe : “Clair et didactique.” (Jean-Pierre Filiu, Le Monde diplomatique)

 
Ce mois-ci :

En rendant le dernier soupir, vous avez dit “Vive la France !”

par Charles de Gaulle

(11 novembre 1942)

Nos livres à télécharger Où trouver nos livres ?

Retrouvez-nous aussi sur

 Mes livres sur Babelio.com

 
© André Versaille éditeur - Réalisation: Vertige ASBL