Accueil
 
imprimer in English

Accusés Baudelaire, Flaubert, levez-vous !

Napoléon III censure les Lettres

 
La censure des Lettres sous le Second Empire : Emmanuel Pierrat nous plonge dans l'année 1857 et refait vivre les procès intentés à deux écrivains de génie pris dans l’implacable mécanique de la censure…
Accusés Baudelaire, Flaubert, levez-vous !
son/videoÉcoutez la présentation du livre par l'auteur
forumParticipez au débat lancé par l'auteur
Date de publication : 17-02-2010
ISBN 978-2-87495-069-8
224 pages - 20,20 €

Vidéos | Argumentaire | Consultation en ligne | Extraits de Presse | Extrait | Bonus | Retour | Nouvelle recherche | Donnez votre avis sur le livre



 

 Emmanuel Pierrat présente :

 

- La censure sous Napoléon III.

- Le procès contre Flaubert pour Madame Bovary.

- Le procès contre Baudelaire pour Les Fleurs du mal.

- Le procès contre Eugène Sue pour Les Mystères du peuple.

- 1857, année de l'apogée de la censure sous Napoléon III.

 

Argumentaire

1857 : année mythique de la censure. Charles Baudelaire, Gustave Flaubert et Eugène Sue sont tour à tour poursuivis par le même procureur, Ernest Pinard. Les œuvres incriminées ? Les Fleurs du Mal, Madame Bovary et Les Mystères du Peuple. Par ces procès, le régime de Napoléon III entend juger le poète et les deux romanciers pour leurs outrages et leur insubordination à l’ordre politique et moral.

À l’aide de documents d’archives, d’articles de presse, des plaidoiries et des réquisitoires, des correspondances que s’échangent les écrivains pourchassés par Pinard, Emmanuel Pierrat nous replonge dans cette année 1857. Dans un décor saisissant, il fait revivre les procès intentés par le procureur impérial à des écrivains de génie soudainement pris dans l’implacable mécanique de la censure.

Le lecteur découvrira donc la galerie de créateurs devenus depuis célèbres et des journalistes qui se lancent dans la bataille, tout comme l’état de la censure sous le Second Empire (et ses prolongements actuels). Jamais le tableau de ces quelques mois qui vont durablement marquer le milieu des Lettres n’avait été dépeint avec autant de force.

Les pièces du dossier (plaidoiries, réquisitoires et jugements) sont publiées en annexe de cette saga tout autant judiciaire que littéraire.

 

 

Vidéos de l'auteur à découvrir :

- Emmanuel Pierrat : La censure des Lettres sous Napoléon III
- Emmanuel Pierrat : 1857, année de l’apogée de la censure sous Napoléon III
- Emmanuel Pierrat : Le procès contre Flaubert (Madame Bovary)
- Emmanuel Pierrat : Le procès contre Baudelaire (Les Fleurs du Mal)
- Emmanuel Pierrat : Le procès contre Eugène Sue (Les Mystères du Peuple)

Consultation en ligne

Téléchargez gratuitement 22 pages du livre, dont des extraits de plusieurs chapitres et la table des matières complète. Ouvrir le PDF (445,02 Ko)

Extraits de presse

 

Radios et télévisions :

 

Mardi 3 mars 2011 à 9h05, Emmanuel Pierrat était l'invité de Emmanuel Laurentin dans l'émission La Fabrique de l'histoire sur France Culture.

Réécouter l'émission


Lundi 16 février 2011 à 13h30, Emmanuel Pierrat était l'invité de Michel Field dans l'émission Café découvertes sur Europe 1.

Réécouter l'émission

 

Je recommande la lecture de votre livre.

(Patrice Gélinet, 2000 ans d'histoire, France Inter, 13 mai 2010)

Réécouter l'émission (voir aussi le blog de l'émission)

 

L'année 1857 permit à un certain Ernest Pinard, procureur de Napoléon le Petit, de passer à la postérité en traînant en justice Flaubert, Baudelaire et Eugène Sue en l'espace de quelques mois. Emmanuel Pierrat, avocat spécialisé dans les affaires de liberté d'expression, de droit d'auteur et de propriété intellectuelle, y a consacré un livre, qui vient de paraître chez André Versaille éditeur.

(Kathleen Evin, France Inter, L'Humeur vagabonde, 24 mars 2010)

 

Emmanuel Pierrat a participé aux émissions suivantes :

- le 19 mars 2010, chez Philippe Bouvard, dans l'émission Les Grosses Têtes. Réécouter l'émission.

- le 17 mars, les critiques de Libération avaient déjà annoncé la sortie du livre dans leur revue de presse audio, Sous les couvertures. Réécouter l'émission (1'50").

 - le 16 mars 2010, chez Stéphane Bern, dans l'émission Le fou du roi pour parler de ses derniers livres. Réécouter l'émission

- le 8 mars 2010, chez Frédéric Taddeï, dans l'émission Ce soir ou jamais sur France 3, pour parler de la liberté d'expression. Revoir l'émission.

- le 5 mars 2010 à 22 h 50, l'émission Mille-feuilles sur la RTBF (La Deux). Revoir l'émission. 

- le 27 février 2010, chez Frédéric Taddeï, l'émission Regarde les hommes changer sur Europe 1. Réécouter l'émission.

- le 19 février 2010, chez Jacques Pradel, l'émission Café crimes, sur Europe 1 entre 13h30 et 15h. Réécouter l'émission.

 

Presse écrite et Internet

 

Le livre a été cité dans le hors série du Beaux-Arts Magazine de décembre 2012.

 

Que retiendra l'histoire littéraire de l'année 1857 ? Que trois grands auteurs furent malmenés par la justice. Trois affaires retentissantes derrière lesquelles se profile l'acharnement d'un homme, borné, intraitable, bête parfois ; un homme redoutable et ambitieux, Ernest Pinard, substitut du procureur. Coup sur coup, et excusez du peu, Flaubert, Baudelaire et Eugène Sue seront traînés en justice par notre larron vaniteux. […] Accusés Baudelaire, Flaubert, levez-vous ! Un livre passionnant d’Emmanuel Pierrat.
(Mots à Mots, 22 avril 2012)
 

Lorsqu’on ajoute à Hugo les noms de Flaubert, Baudelaire et Sue, victimes de la vindicte du procureur impérial Ernest Pinard, le Second Empire pourrait être considéré comme un régime de censure. […]
Après la biographie de Pinard, Emmanuel Pierrat raconte chacun des trois procès d’une plume alerte et sur un ton empreint, souvent, d’ironie. Il connaît son sujet : avocat, il est spécialisé en droit d’auteur.

(Bruno Calvès, Revue du Souvenir napoléonien, janvier-mars 2011)
Tout l'article

Le nom d'Ernest Pinard, substitut impérial, reste synonyme de censure. Et l'année 1857 celle de ses plus grandsexploits”. [...] L'ouvrage s'ouvre sur la présentation du procureur de la justice impériale, [...] protagoniste essentiel des affaires qui suivent, à savoir successivement l'affaire Flaubert, l'affaire Baudelaire et l'affaire Eugène Sue, avant une conclusion où l'auteur s'attache à la censure des lettres d'hier à aujourd'hui. Car de spécialiste de l'histoire de la justice ne se borne pas à écrire l'histoire des quelques grandes figures censurées, il en suit aussi les péripéties ultérieures jusqu'à la levée des condamnations...

[...] Les pièces importantes des procès ont été publiées en annexes. [...] En somme toutes les pièces permettant une belle analyse et une complète compréhension de la mentalité moralisatriceet des pratiques judiciaires du temps.

(Ronald Hellin, Histoire et Enseignement, 2010 n°3)

 Tout l'article

 

L'ouvrage foisonne de nombreux extraits d'ouvrages, de citations de correspondances ou d'articles de presse. La multiplicité et la diversité des voix, des plumes et des points de vue composent une sorte de reportage vivant, mobile et un rien désordonné et témoignent des émotions et des remous suscités par ces procès. […] Pour les lecteurs papillonnants, ce livre présente l'attrait du mouvement et de la diversité, juxtaposés d'informations et d'illustrations documentaires.

(Annie Gay, Bulletin des bibliothèques de France, 1er juin 2010)

Tout l'article

 

Emmanuel Pierrat qui réunit les qualités d'avocat, éditeur et heureux graphomane, a parcouru en tout sens les sentiers parfois sinueux de la censure devant les tribunaux [...]. Il livre ici un récit vivant et précis qui mêle histoire littéraire et judiciaire, copieusement alimenté par des réquisitoires au parfum d'inquisition et des plaidoiries au style ourlé alliant l'emphase à la dithyrambe. [...] Ces trois affaires, selon Emmanuel Pierrat, rencontrent aujourd'hui un échos particulier : rôle de la presse et de la critique érigées en censeur, persistance de lois répressives et dérogatoires à la liberté d'expression encourageant l'autocensure.  
(David Forest, Gazette du Palais, 4 mai 2010)

 Tout l'article

 

L'envie du pénal dont Philippe Muray, cela fait maintenant plus de dix ans, analysait le phénomène, a pris de nos jours une assez belle vitesse de croisière. L'angoissante peur du vide. Des lois, de lois, encore des lois, toujours plus de lois! Mais les lois sont faites pour s'en servir. Alors les jugent s'en servent. À tort et à travers. Pour le meilleur et pour le pire. Souvent, hélas, pour le pire. […] À lire, sur la justice et la censure, d'Emmanuel Pierrat, Accusés Baudelaire, Flaubert, levez-vous! André Versaille éditeur. Affaires toujours d'actualité.  
(Jacques Henric, Artpress, mai 2010)

 Tout l'article

 

Avec Accusés Baudelaire, Flaubert, levez-vous !, ce sont trois célèbres procès littéraires du second empire que nous retrouvons. Madame Bovary de Gustave Flaubert, Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire et Les Mystères du Peuple d’Eugène Sue subirent les foudres gouvernementales et leurs auteurs furent poursuivis par un même homme, le procureur Ernest Pinard. […] L’ouvrage d’Emmanuel Pierrat permet de mettre en lumière une époque où les conventions bourgeoises et la religiosité formaient une chape de plomb écrasant le génie littéraire. Nous trouvons en annexe les réquisitoires de Pinard ainsi que les plaidoiries des avocats des écrivains. Un document exceptionnel !
(Radio Massabielle, À l'écoute des livres, 19 avril 2010)
Tout l'article

 

Le livre d'Emmanuel Pierrat a été mentionné dans Elle, le vendredi 16 avril 2010. 

 

Ah ! Qu'il faisait bon vivre sous le Second Empire... Sa rigidité, son moralisme intransigeant, son goût plus que douteux pour l'art pompier, son amour de la littérature édifiante et son penchant pour la censure qui, sous prétexte d'“atteinte à la morale publique et aux bonnes mœurs”, fourre-tout bien pratique, n'ose même pas dire son nom... […]
Que retiendra l'histoire littéraire de l'année 1857 ? Que trois grands auteurs furent malmenés par la justice. Trois affaires retentissantes derrière lesquelles se profile l'acharnement d'un homme, borné, intraitable, bête parfois ; un homme redoutable et ambitieux, Ernest Pinard, substitut du procureur, qui à lui seul pourrait constituer le mètre-étalon du rigorisme zélé du Second Empire.
[…] Et finalement, qu'a retenu l'Histoire ? L'aveuglement de Pinard ; l'immense talent de Flaubert, Baudelaire et Sue.
(Joseph Vebret, Bibliobs, 14 avril 2010)

 Tout l'article

 

Pierre-Ernest Pinard a marqué au fer rouge les relations entre justice et littérature. Ce procureur de Paris […] est passé à la postérité pour avoir, en une même année (1857), poursuivi pour “atteinte à la morale publique et à la religion” Gustave Flaubert, Charles Baudelaire et Eugène Sue. [Avec] Accusés Baudelaire, Flaubert, levez-vous !, d'Emmanuel Pierrat, on a le plaisir de découvrir ou de relire ses fameux réquisitoires. Pinard y dénonçait la “couleur lascive” du Madame Bovary de Flaubert, les “peintures obscènes qui corrompent ceux qui ne savent encore rien de la vie” des Fleurs du mal de Baudelaire ou le “but évident de démoralisation” que poursuivaient, selon lui, Les Mystères du peuple d'Eugène Sue. […]
Notre siècle n'a rien à envier à ces lointains censeurs, observe Emmanuel Pierrat. Si l'État a peu à peu abandonné le premier rôle en la matière, la censure n'a pas disparu, elle a seulement changé de nature. […] “Les ciseaux d'Anastasie sont désormais très majoritairement manipulés à coups d'initiatives privées”, relève Pierrat.
(Pascale Robert-Diard, Le Monde, 1er avril 2010)
Repris sur Yahoo! Buzz

 Tout l'article

 
Dans son dernier livre, Emmanuel Pierrat (Prix Tartuffe 2008) revient sur trois procès dont furent l'objet, successivement la même année, Gustave Flaubert, Charles Baudelaire, Eugène Sue. En 1857, chacun de ses trois auteurs eut l'un de ses livres attaqué à Paris par le même homme : le procureur de l'Empire, Ernest Pinard [...]. En février 1857, Flaubert est poursuivi à cause de son “scandaleux” premier roman, Madame Bovary, dans lequel il raconte “complaisament” les aventures adultérines d'une femme de médecin, qui finit par se suicider. [...] En août 1857, Baudelaire est condamné pour “atteinte à la morale publique et aux bonnes mœurs”. Son recueil de poèmes Les Fleurs du mal sera expurgé de six pièces [...]. La troisième affaire, la moins connue, n'est pas moins révélatrice. En septembre 1857, ce sont Les Mystères du Peuple ou Histoire d'une famille de prolétaires à travers les âges d'Eugène Sue qui font l'objet d'un réquisitoire de Pinard. [...] Par ces trois procès, le pouvoir napoléonien montre sa volonté d'attaquer systématiquement toutes les œuvres qu'il considère susceptibles d'affaiblir “le sentiment religieux, le sens moral, l'esprit patriotique”.
(Blog de l'Observatoire de la censure, 24 mars 2010)

  Tout l'article

 

Le livre d'Emmanuel Pierrat a été mentionné dans Ouest France, le mardi 23 mars 2010. Lire l'article.


Cette semaine [...] de l'avocat et écrivain Emmanuel Pierrat [...] les idées sur la censure (tu) examineras dans Accusés Baudelaire, Flaubert, levez-vous !

(Libération Cahiers livres, 20 mars 2010)

 Tout l'article

 

Emmanuel Pierrat a été interviewé à propos de la contrefaçon littéraire dans Le Magazine des livres de mars-avril 2010. Lire tout l'entretien. 

 

Emmanuel Pierrat [...] s'est attaqué à un procureur à effets de manches dévastateurs. Ernest Pinard a trainé au tribunal la même année Gustave Flaubert, Charles Baudelaire et Eugène Sue pour atteinte à la morale publique et aux bonnes mœurs. 1857 est ainsi devenue, selon l'auteur de ce livre d'histoire littéraire, une année mythique de la censure. [...] Le livre ne se contente pas de retracer les procès de trois figures : le bourgeois de province, le poète maudit et le grand exilé sur la fin de sa vie. Ces procès préfigurent, selon Pierrat, la censure moderne “telle qu'elle se perpétue et croît de nos jours”.   
(Frédérique Roussel, Libération, 18 mars 2010)
Tout l'article
  
Avocat au barreau de Paris et écrivain, Emmanuel Pierrat est spécialisé en droit d'auteur et passionné par l'histoire des mœurs et de la censure. [...] Documents d'époque et plaidoiries à l'appui, il fait revivre dans Accusés Baudelaire, Flaubert, levez-vous ! les procès, faits en 1857, à ces deux créateurs à l'aube de leur célébrité. 
(Entretien avec Monique Verdussen, La Libre Belgique, 15 mars 2010)
Tout l'entretien
 
Milieu du 19e siècle, Charles Baudelaire, Gustave Flaubert et Eugène Sue sont jugés par Ernest Pinard, procureur obsédé par les bonnes mœurs, qui va censurer leurs chefs-d'œuvre au nom de la morale publique. [...] Un livre qui peut paraître un peu coriace mais qui s'avère être un passionnant voyage dans cette époque de lumières empreinte du débat encore très actuel de la liberté d'expression. Madame Bovary et Les Fleurs du mal sont montrées sous un angle original qui donne irrésistiblement envie de les redécouvrir. 
(Metro, 15 mars 2010)

 Tout l'article

 

Dans son dernier ouvrage, Accusés Baudelaire, Flaubert, levez-vous !, l'avocat Emmanuel Pierrat relate, s'appuyant sur de très nombreuses citations, trois procès célèbres de la censure intervenus en 1857 et concernant les deux écrivains, ainsi qu'Eugène Sue décédé en cours de poursuite. […]

En-dehors de la description des procès proprement dits, l'auteur ajoute d'intéressantes considérations sur la vie et la carrière du procureur Ernest Pinard et de ce qu'elles furent avant et après ces trois procès, terminant l'ouvrage par des réflexions sur la censure aujourd'hui, devenue auto-censure tant l'éditeur, son service juridique ou son avocat craignent les actions en diffamation. […]

Les annexes, qui rassemblent les réquisitoires et les plaidoiries des avocats dans les affaires Flaubert et Baudelaire, ainsi que les trois jugements, ont une valeur documentaire indéniable.

(Anne Portmann, Actuel avocat, 11 mars 2010)

 Tout l'article

 

Un livre passionnant qui raconte le XIXe siècle et nous fait réfléchir à la censure, aujourd'hui. Emmanuel Pierrat raconte avec fougue et passion les procès intentés dans la seule année 1857 à trois écrivains majeurs, inscrits aujourd'hui dans la postérité : Gustave Flaubert, Charles Baudelaire et Eugène Sue. Spécialiste du droit d'auteur, avocat dans de grandes affaire liées à la censure aujourd'hui, Emmanuel Pierrat est aussi un fabuleux raconteur d'histoires… mais, ici, celles qu'il raconte ne sont pas des fictions ! Plongée dans un régime petit-bourgeois libéral qui, par la censure de ses grands créateurs, espère protéger ses prétendues “valeurs”. À lire toutes affaires cessantes pour nourrir notre réflexion sur la censure telle qu'elle s'est travestie pour traverser les ans et subsister encore de nos jours, en pleine vigueur !

(Edmond Morrel, Espace livres, 7 mars 2010)

 Tout l'article

L'interview a également été diffusée le 22 mars dans l'émission Entre les lignes.

 

En publiant Accusés Baudelaire, Flaubert, levez-vous !, maître Emmanuel Pierrat, spécialiste du droit du livre au barreau de Paris et grand pourfendeur de la censure sous toutes ses formes (un type bien, quoi !), remet les pendules à l'heure à propos de trois procès célèbres des lettres françaises, intentés la même année 1857 par le procureur Ernest Pinard sur injonction du pouvoir impérial. […] Le récit d'Emmanuel Pierrat est joliment troussé, sa reconstitution des faits bien étayée, sa démonstration très habile, son plaidoyer fort enlevé et sa documentation sans défaut. […] 153 ans plus tard, justice est donc enfin faite ! Et c'est bien fait pour les cagots, les bigots et les gogos tenants de l'ordre (im)moral…

 (Bernard Delcord, 7 mars 2010)

L'article a été mis en ligne
sur les blogs Lire est un plaisir et Homelit de  Radio Nostalgie.

 Tout l'article

 

Le livre d'Emmanuel Pierrat fait partie de la sélection “Coup de cœur” sur le site Rue des livres.

 

L'année 1857 est la référence de la censure sous l’empire de Napoléon III, son apogée. Cette année-là, le procureur Ernest Pinard poursuit tour à tour Gustave Flaubert et sa Madame Bovary, Charles Baudelaire et ses Fleurs du mal, Eugène Sue et ses Mystères du Peuple. Motifs ? Outrages à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs. “Mais ce n’est qu’un paravent, s’exclame Emmanuel Pierrat, l’auteur d’Accusés Baudelaire, Flaubert, levez-vous ! La véritable accusation contre ces écrivains, c’est d’ébranler l’essence même du pouvoir. Pinard se met au service d’une censure politique parce qu’il comprend que ces écrivains s’attaquent aux fondements du système bourgeois.

Pour l’avocat Pierrat, la censure existe toujours aujourd’hui : elle a juste changé d’habits. “La censure moderne n’est plus le fait des procureurs : elle s’est privatisée, elle a été transférée vers les ligues de vertus, les associations religieuses, etc. Et, une fois encore, elle ne défend pas les bonnes mœurs, mais bien le mode de fonctionnement de notre société.

(Jean-Claude Vantroyen, Le Soir, 5 mars 2010)

 Tout l'article

 

Le livre d'Emmanuel Pierrat a été chroniqué dans le numéro de février 2010 de Flaubert. Revue critique et génétique, la publication électronique de l'équipe Flaubert de l'Institut des textes et manuscrits modernes. 

 

Les livres sont parfois frappés par la censure […]. Particulièrement en 1857, année terrible pour quelques écrivains : Madame Bovary, de Gustave Flaubert, Les Fleurs du mal, de Charles Baudelaire et Les Mystères du peuple, d'Eugène Sue – trois grands livres de trois auteurs majeurs – ont été convoqués au tribunal. Emmanuel Pierrat revient sur ces affaires dans Accusés Baudelaire, Flaubert, levez-vous !
(Pierre Maury, Le Journal d'un lecteur, 1er mars 2010)
Tout l'article

 

Emmanuel Pierrat publie chez André Versaille éditeur Accusés Baudelaire, Flaubert, levez-vous !, où il revient sur l'un de ses dadas, la censure, laquelle connut en 1857 un pic d'exaltation grâce au brave procureur Ernest Pinard qui prit l'initiative de poursuivre tour à tour Flaubert, Baudelaire et Eugène Sue.
(Daniel Garcia, Livres Hebdo, 26 février 2010)
Tout l'article

 

À l'aide de documents d'archives, d'articles de presse, des plaidoiries et des réquisitoires, des correspondances que s'échangent les écrivains pourchassés par Pinard, Emmanuel Pierrat nous replonge dans cette année 1857.

(Laure Depretto, Fabula.org, 21 février 2010)
 
À ne pas manquer. Dans le journal sonore des livres sur Lechoixdeslibraires.com, vous entendrez notamment un amoureux fou des livres et des librairies : l'avocat, éditeur, écrivain, collectionneur Emmanuel Pierrat à l'occasion de la sortie en librairie de Accusés Baudelaire, Flaubert, levez-vous !
(Jean Morzadec, Lettre d'info de Lechoixdeslibraires.com, 16 février 2010)
Réécouter cette présentation sur Lechoixdeslibraires.com.
(Également reprise sur Lechoixdesbibliothecaires.com, Passagedulivre.com, Fnac.com et Libfly.fr.)

 

Accusés Baudelaire, Flaubert, levez-vous !, est le titre de l'ouvrage que vient de consacrer Emmanuel Pierrat, avocat au Barreau de Paris et spécialiste dans les affaires de droit d'auteur et de liberté d'expression, au phénomène de la censure, un mal qui ronge, encore aujourd'hui, dans des proportions diverses, nos sociétés contemporaines.
S'il est une année emblématique dans l'histoire de la censure, c'est bien celle de 1857 avec ses trois victimes célèbres : Gustave Flaubert, qui vient de publier son roman Madame Bovary, Charles Baudelaire, qui fait paraître son recueil de poèmes Les Fleurs du Mal, et Eugène Sue, qui vient d'achever les deux derniers tomes de son oeuvre monumentale Les Mystères du Peuple. [...]
En face d'eux, le procureur Pierre-Ernest Pinard, originaire de la très vieille cité bourguignonne d'Autun et né dans une famille de notables liés au monde de la Justice. [...]
Emmanuel Pierrat dresse avec force le tableau de ces quelques mois qui marqueront durablement le milieu des Lettres. 
(José Vanderveeren, Dépêche Belga, 13 février 2010)
Tout l'article
 
Dédicaces
 
Emmanuel Pierrat a participé à des séances de dédicaces :
- à la librairie Les Cahiers de Colette le 20 mars 2010 (plus d'informations) ;
- à la librairie Le Jardin d'Épicure le 25 mars 2010 (plus d'informations).

Extrait

Un exemple d'article de presse sur Les Fleurs du mal :
Jamais on ne vit mordre et même mâcher autant de seins dans si peu de pages ; jamais on n’assista à une semblable revue de démons, de fœtus, de diables, de chloroses, de chats et de vermine ! Ce livre est un hôpital ouvert à toutes les démences de l’esprit, à toutes les putridités du cœur.

(Gustave Bourdin, Le Figaro, 5 juillet 1857)


Flaubert écrit à Baudelaire (14 août 1857) :

Je viens d’apprendre que vous êtes poursuivi à cause de votre volume ; […] Pourquoi ? Contre quoi avez-vous attenté ? Est-ce la religion  ? Sont-ce les mœurs ? Avez-vous passé en justice  ? Quand sera-ce ? […] Je suis grandement indigné. Donnez-moi des détails sur votre affaire si ça ne vous embête pas trop, et recevez mille poignées de mains des plus cordiales.

Bonus

Voici une sélection d'articles d'Emmanuel Pierrat autour du thème de la censure, tirés de son site :

- La réinsertion de Bertrand Cantat (114,71 Ko)
- L'imprimatur (154,71 Ko)
- Le nu et le droit (251,34 Ko)
- Le livre aux enfers (318,25 Ko)
- Le retour du délit de blasphème (168,47 Ko)
- Littérature et pédophilie (169,81 Ko)
- Mangas et bonnes mœurs (162,34 Ko)
- La suspension des livres (470,99 Ko)

envoyer à un ami
Dernières nouvelles de la maison Guy Verhofstadt et Daniel Cohn-Bendit ont reçu le prix “European Leader of the year 2013” pour leur livre Debout l'Europe !
 
Soutenons “La Quinzaine littéraire” !
Pour devenir actionnaire du journal et combler son déficit, cliquez ici.
 
AVE SE LANCE DANS LE NUMÉRIQUE !
10 livres sont actuellement numérisés et disponibles sur toutes les plateformes :
Guy Verhofstadt et Daniel Cohn-Bendit : Debout l'Europe !
Colette Braeckman : L'Homme qui répare les femmes
Pauline Kayitare : Tu leur diras que tu es hutue
Élie Barnavi : Aujourd'hui, ou peut-être jamais
Élie Barnavi : L'Europe frigide
Ladislaus Löb : L’Affaire Kasztner. Le Juif qui négocia avec Eichmann
J. I. de Haan : De notre envoyé spécial à Jérusalem
Al-Quaida : Manuel pratique du terroriste
Sade : Florville et Courval
Laure Guilbert : Danser avec le IIIe Reich

La suite de nos ouvrages très prochainement !
 
Pauline Kayitare (Tu leur diras que tu es hutue) a remporté le Prix littéraire Laurence Tran. Ce prix récompense les ouvrages véhiculant des valeurs telles que le rapprochement entre les cultures, la défense des libertés et la solidarité pour les démunis. 
 
Le docteur Denis Mukwege, un héros congolais.
Son courageux combat est raconté par Colette Braeckman dans le livre L'Homme qui répare les femmes.
En publiant son récit, nous souhaitons relayer son combat, amplifier son appel au secours, et ne pas permettre, malgré les menaces, que sa voix soit étouffée !
 
Le livre de Chantal Morelle, Comment de Gaulle et le FLN ont mis fin à la guerre d’Algérie, a remporté le Prix “Mondes en guerre, mondes en paix” 2012. Plus d'infos ici.  
 
Les Paradis fiscaux : “La plus récente bible sur le sujet.” (Edwy Plenel, Mediapart)
 
Le Nouveau Monde arabe : “Clair et didactique.” (Jean-Pierre Filiu, Le Monde diplomatique)

 
Ce mois-ci :

En rendant le dernier soupir, vous avez dit “Vive la France !”

par Charles de Gaulle

(11 novembre 1942)

Nos livres à télécharger Où trouver nos livres ?

Retrouvez-nous aussi sur

 Mes livres sur Babelio.com

 
© André Versaille éditeur - Réalisation: Vertige ASBL