Accueil
 
imprimer in English

Faut-il juger George Bush ?

Pleins feux sur un rapport qui dénonce la torture et l’impunité

En collaboration avec :Jean-Paul Marthoz
 
Quelle attitude adopter face à des chefs d’État de pays démocratiques qui violent des droits humains fondamentaux et pratiquent la torture ?
À partir du rapport de Human Rights Watch sur l'administration Bush (dont on trouvera ici l’essentiel), ce livre invite à un large débat sur la nécessité pour les démocraties confrontées aux défis du terrorisme de se distinguer des régimes autoritaires par les moyens qu’elles utilisent et par la place qu’elles accordent au respect du droit et à la lutte contre l’impunité.
Faut-il juger George Bush ?

Date de publication : 02-09-2011
ISBN 978-2-87495-163-3
128 pages - 10,10 €

Vidéos | Argumentaire | Consultation en ligne | Extraits de Presse | Interview | In English | Bonus | Retour | Nouvelle recherche | Donnez votre avis sur le livre


Surnommé le “chasseur de dictateur”, l’avocat Reed Brody souhaite qu’un des 145 pays qui a signé la convention contre la torture arrête l’ex-président.
 
Faut-il juger George Bush ?

Retrouvez l'intervention de Reed Brody dans le journal télévisé de la RTBF du 21 octobre 2011. Pour cela, cliquez sur la séquence Faut-il arrêter et juger George Bush ? ou retrouvez directement l'intervention sur la vidéo à 12'17".
- Reed Brody : “C'est George Bush lui même qui a – et il le dit – autorisé le simulacre de noyade et les prisons secrètes !
 

Argumentaire

Dans sa croisade contre le terrorisme, l’administration Bush a-t-elle sciemment enfreint les lois américaines et internationales en autorisant la torture : pratique de “simulacres de noyade” dans les interrogatoires de membres présumés d’Al-Qaida, “disparition” de prisonniers ou renvoi vers des pays où ils étaient torturés, prisons secrètes dirigées par la CIA, etc. ?
Deux noms symbolisent à eux seuls ces exactions : Abou Ghraïb et Guantanamo.
S’il reste bien des zones d’ombre, Reed Brody, spécialiste de la justice internationale au sein de l’organisation américaine de défense des droits humains, Human Rights Watch, apporte dans ce livre de nouveaux éclairages sur les pratiques de l’administration Bush et sur ses responsabilités.
Des preuves solides qui embarrassent Washington.
Jusqu’à présent, la justice internationale n’a poursuivi que des dictateurs. Quelle attitude adopter face à des chefs d’État de pays démocratiques qui violent des droits humains fondamentaux et pratiquent la torture ?
À partir du rapport de Human Rights Watch (dont on trouvera ici l’essentiel), ce livre invite à un large débat sur la nécessité pour les démocraties confrontées aux défis du terrorisme de se distinguer des régimes autoritaires par les moyens qu’elles utilisent et par la place qu’elles accordent au respect du droit et à la lutte contre l’impunité.

(En coédition avec le GRIP)

Consultation en ligne

Télécharger gratuitement 16 pages du livre contenant la table des matières, la présentation des contributeurs ainsi que les premières pages de plusieurs chapitres.
Ouvrir le PDF (2,20 Mo)

Extraits de presse

 

Radios et télévisions :

 

Peut-on juger des chefs d'État ou des hauts responsables de pays démocratiques pour des actes de torture ? L'organisation Human Rights Watch milite pour que l'ex-président américain soit jugé pour ses pratiques dans la guerre que les États-Unis ont menée au terrorisme. En juillet dernier, elle a publié un rapport dont l'essentiel se trouve dans le livre Faut-il juger George Bush ? Entretien avec son auteur, Reed Brody
(Radio Canada, émission “Désautels”, 8 février 2012)
Toute l'émission
 

Reed Brody est un avocat américain, porte-parole de Human Rights Watch, et surnommé “le chasseur de dictateurs". Il est l'auteur d'un ouvrage au titre provocateur : Faut-il juger George Bush ? Reed Brody y dénonce les dérapages et abus commis par l'administration Bush dans la lutte contre le terrorisme, parfois avec la complicité de pays européens.

(Reed Brody, “Le Bar de l'Europe”, TV5 Monde, 26 novembre 2011)

Revoir l'émission

 
Faut-il juger George Bush ? C'est le titre provocateur d'un livre très documenté de Reed Brody.
Dans sa croisade contre le terrorisme, George Bush, ses proches et son administration ont-ils enfreint sciemment les lois américaines internationales qui interdisent la torture ? Oui, répond Reed Brody, et c'est particulièrement préoccupant car il s'agit des dirigeants d'une démocratie qui pas plus que les dictateurs ne doivent échapper à la justice.
(Simone Reumont, Afrik'Hebdo, 12 novembre 2011)

 Réécouter l'émission

 

Le 21 octobre 2011, Reed Brody est intervenu dans le journal télévisé de la RTBF de 19h30, dans un sujet intitulé Faut-il arrêter et juger George Bush ?
- Surnommé le “chasseur de dictateur”, l’avocat Reed Brody souhaite qu’un des 145 pays qui a signé la convention contre la torture arrête l’ex-président. […]
Reed Brody : “C'est George Bush lui même qui a – et il le dit – autorisé le simulacre de noyade et les prisons secrètes !
  Revoir l'émission
(Cliquez sur la bonne séquence ou allez directement à 12'17".)

Le 20 septembre 2011, Reed Brody était l'invité d'Eddy Caekelberghs dans l'émission “Face à l'info” sur RTBF/La Première.

- Eddy Caekelberghs : “Vous pouvez vous emparer de ce livre signé par Reed Brody et introduit par Jean-Paul Marthoz.”

Réécouter l'émission

 

Le 17 septembre 2011, Reed Brody était l'invité de Virginie Herz dans l'émission “Le Grand Entretien” sur France 24.

- Virginie Herz : “Un essai consacré aux méthodes peu orthodoxes de l'administration Bush dans sa guerre contre le terrorisme.”

Revoir l'émission (Fr)
Voir aussi sur 2424actu
 
Le 17 septembre 2011, Reed Brody était l'invité de Marc Pelerman dans l'émission “The F24 Interview” sur France 24.
- Marc Pelerman : “The West in their persuit of terrorism have often violated the very democratic principle they are supposed to apply.”
Revoir l'émission (Eng.)

 

Le 17 septembre 2011, Reed Brody a été l'invité de Véronique Gaymard dans l'émission “Livre International” sur RFI.

- Véronique Gaymard : “L'ex-président des États-Unis, George Bush, a-t-il bafoué les lois américaines au nom de la lutte contre le terrorisme ? Des interrogations subsistent. Certaines organisations de défense des droits de l'homme telles que Human Rights Watch pointent du doigt les “exactions, dérapages et abus” commis par l'administration Bush. Cette problématique est abordée dans le livre Faut-il juger George Bush ?”

Réécouter l'émission

 

Le 11 septembre 2011, Reed Brody a été l'invité de Jean-Pol Hecq dans l'émission “Et Dieu dans tout ça ?” (RTBF-La Première). Le débat a porté sur les attentats de New York et sur leurs conséquences. Reed Brody a débattu de la question avec Amine Ait-Chaalal, professeur en relations internationales à l'UCL, Simon Petermann, spécialiste du Moyen-Orient et auteur de Guantanamo. Les dérives de la guerre contre le terrorisme, et Jihane Sfeir, historienne du monde arabe contemporain à l'ULB.

Voir la présentation de l'émission

 

Les images des avions percutant les tours jumelles ont fait le tour du monde. Dix ans après, dans de nombreux pays, les témoins de cette scène se souviennent de ce jour hors du commun, notamment l'avocat américain Reed Brody.

(France Info, 10 septembre 2011)

 

Utilisation de la torture, interrogatoires de suspects dans des pays tiers, construction de prisons secrètes… L'organisation Human Rights Watch a recensé toutes les atteintes aux droits de l'Homme perpétrées depuis 2001 par l'administration de George Bush.

(“L'invité du matin”, France Info, 9 septembre 2011)

Réécouter l'émission
Voir également la vidéo sur Dailymotion

Presse écrite et Internet :

 

Ce petit ouvrage est composé de trois parties à peu près de la même taille. La première, de Jean-Paul Marthoz, évoque le déshonneur de la démocratie. […] La deuxième, de Reed Brody, insiste sur la nécessité de l'enquête internationale. […] La troisième est constituée par le rapport d'Human Rights Watch, qui détaille comment, en toute impunité, l'administration Bush a légalisé la torture […], a fait de Guantanamo une zone de non droit, a mis au point des techniques nouvelles pour faire parler les suspects. […] Tout cela est très juste, mais se heurte au refus absolu des Etats-Unis, quel que soit le président, de se soumettre à la justice internationale. […] Ces difficultés n'empêchent pas de trouver dans ces pages des arguments et des faits incontestablement punissables. Il est toujours bon de le rappeler.
(Jacques Portes, Historiens et géographes, juillet-août 2012)

Le 26 avril dernier nos recevions à Lyon, Reed Brody, conseiller juridique et porte-parole de Human Rights Watch (HRW). À l'issue de sa conférence [...] Reed Brody a justifié le titre de provocateur de son dernier livre : Faut-il juger George Bush ?
- Reed Brody : “Dans un interview sur ABC News, George Bush confirme que les principaux responsables de la sécurité nationale — Dick Cheney — et lui même, ont approuvé le simulacre de noyade et affirme que  ‘était légal’ et que cela ne lui  ‘posait pas le moindre problème’ ;  ajoutant même ‘je ne suis pas sûr de comprendre ce qu'il y a d'étonnant à cela’.”
(La lettre d'Agir Ensemble pour les Droits de l’Homme, avril-juin 2012)
Tout l'article

 

Peut-on juger les dirigeants de démocraties ? Telle est la question posée dès l’incipit du livre et à laquelle les auteurs répondent en se prémunissant de tout anti-américanisme ou d’angélisme. Il ne s’agit pas de dire que “la guerre, c’est mal” (bien que la guerre, c’est mal), mais de mettre en rapport des valeurs et un comportement étatique.
Par une démonstration documentée et précise, Brody explique qu’accepter l’arbitraire ou la violence de la part de pays de droits, c’est donner des arguments aux partisans de la dictature qui pourront ainsi se justifier en les prenant comme exemples.
[…]
Le livre s’attarde particulièrement [sur le] problème de la torture et en particulier le “waterboarding”
[…]. Cette méthode fut utilisée avec l’accord de hauts responsables accusés ici nommément. […] Brody réclame que l’on porte la responsabilité aux plus hauts étages de l’administration.

(Terence, Blog Krapoukcontrekrapouk, 6 juin 2012)

Tout l'article

 

Dans son rapport annuel Amnesty International tacle les États-Unis. Georges W. Bush, comme une partie de son administration, bénéficierait d'une totale “impunité” sur les questions de tortures. En cause, les méthodes maintes fois dénoncées, employées par la CIA à Guantanamo et Abou Ghraib. Human Rights Watch, déjà, avait enquêté sur ces pratiques : Faut-il juger George Bush ?, par Reed Brody, conseiller juridique et porte-parole de Human Rights Watch.

(Mathieu Molard, Le Nouvel Observateur, 26 mai 2012)

Tout l'article

 

Un acte criminel est-il moins condamnable parce que commis par une démocratie ? La lutte contre le terrorisme justifie-t-elle de bafouer les règles du droit international en toute impunité ? C'est tout le sujet de cet ouvrage qui […] confirme le rôle joué par de hauts responsables américains dont George W. Bush dans l'élaboration, l'application et la supervision de la torture de détenus soupçonnés d'appartenir à Al-Qaida.

(Altermondes, mars 2012)

 

Les extraits du rapport de Human Rights Watch sont bien introduits par Jean-Paul Marthoz et Reed Brody ; un rapport qui liste tous les crmes reprochés à Bush et la clique qui dirigeait avec lui la Maison Blanche. Juger Georges Bush ? Reed reconnaît que la démarche est irréaliste d'une certaine façon. […] Mais l'important réside aussi dans le fait de poser de bonnes questions.
(Planète Paix, février 2012)

 

Plein feux sur un rapport qui dénonce la torture et l'impunité. De par la violation régulière du droit international et à tout le moins son interprétation bancale et hypocrite, ce livre pose une question centrale : l'impunité des responsables et en particulier du Président Georges Bush.
(Euromediapresse, janvier 2012)
Tout l'article

 

La question est provocatrice ! Elle mérite cependant d'être posée. […] Ce livre solidement argumenté, demande quelle attitude il faudrait avoir face à des chefs d'État de pays démocratiques qui violent les droits humains et pratiquent la torture. […] Ce livre permet de comprendre par ailleurs qu'aucun pays, fût-il démocratique, n'est immunisé contre la tentation de l'arbitraire et de la violence.
(François Vaillant, Alternatives non violentes, décembre 2011)
Tout l'article

 

Le 21 décembre 2011, le livre a été présenté sur le site Confrontations.

 

D'aucuns reprocheront par avance au livre son engagement. Ce serait lui faire un faux procès. À chacun son rôle. Et la démonstration est basée sur des faits, avancés avec précision et appréciés à l'aulne du droit international et, plus largement pose la question de “ce qui constitue la nature même de la démocratie”. Son organisation conduit parfois à quelques redondances, mais il est court, se lit facilement, et il est aisé d'y piocher ce que l'on souhaite, sans nécessairement tout lire.

(Delphine Lavergne, Revue Internationale et stratégique, 13 décembre 2011)

Tout l'article

 

Les extraits du rapport de Human Right Watch “Torture et impunité : l’administration Bush et les mauvais traitements infligés aux détenus”, sont brillamment introduits par Jean-Paul Marthoz et Reed Brody.
Le rapport proprement dit documente avec précision les crimes reprochés à George Bush et à son entourage
. […] Il contient des témoignages insoutenables de détenus ayant subi le supplice de l’eau (waterboarding), privés de sommeil, enfermés nus dans des cellules glacées, menacés par des chiens, obligés de porter autour du cou des photos de femmes dénudées…
Juger George Bush ? La formule est provocatrice. Reed Brody reconnaît d’ailleurs bien volontiers qu’elle est irréaliste
. […]
La question éthique qu’il soulève n’en reste pas moins redoutable.
(Yves Gounin, Revue Politique internationale, hiver 2011-2012)
Article également paru le 2 décembre 2011 dans Goodreads
 

Avérés, les crimes perpétrés dans la prison  d'Abou Ghraib et les violations des droits humains à Guantánamo n'ont entraîné que peu de poursuites judiciaires. Des soldats ont certes été sanctionnés, mais qu'en est-il des responsables politiques qui ont couvert ces actes ? Le président américain George W. Bush n'a-t-il pas publiquement justifié la pratique de la torture par les soldats américains ?[…]

Reed Brody plaide pour que des enquêtes sérieuses soient menées aux États-Unis sur les responsabilités de la Haute administration. […] Selon lui, la gravité des faits interroge les démocraties : la fin justifie-t-elle les moyens ?

(Anne-Cécile Robert, Le Monde diplomatique, 1er décembre 2011)
Tout l'article

 

Le livre a été présenté dans la revue Histoire et Enseignement de novembre 2011.

Tout l'article

 

Faut-il juger George Bush ? En voila une bonne question. L’ancien Président américain, commandant en chef de la guerre globale contre le terrorisme, a encouragé ses troupes à des dérives qualifiables de crimes de guerre. […]
George W. Bush, un criminel comme les autres ? C’est en gros l’idée que défend ce court ouvrage, version étoffée et argumentée d’un rapport de l’ONG Human Rights Watch. […]
Au-delà de l’idée d’un jugement de l’équipe Bush, qui relève probablement de l’utopie, cet ouvrage a le mérite de remettre à plat les dérives américaines
(Romain Mielcarek, Actudéfense, 28 novembre 2011)
Tout l'article

 

Dans cet ouvrage […] Jean-Paul Marthoz analyse, dans une introduction substantielle, les enjeux actuels de la démocratie. […] L'introduction de Jean-Paul Marthoz est nécessaire pour comprendre le texte de Reed Brody et saisir toute l'importance du Rapport de Human Rights Watch sur la torture et l'impunité à partir des attentats du 11 septembre 2001. […]
Des sujets graves exposés avec clarté et concision font de cet ouvrage un outil de première importance dans un débat qui est loin d'être clos.
(Dominique Aguessy, La Pensée Wallonne, octobre-novembre-décembre 2011)
Tout l'article

 

Se verra-t-il déclaré “persona non grata” au grand-duché du Luxembourg et ailleurs, se retrouvera-t-il un jour devant un tribunal ? Quelle est la responsabilité de l’ex-président américain dans les violations des droits humains commises suite aux attentats du 11 septembre? […] Le livre Faut-il juger George Bush ? présente et analyse les exactions américaines sur base d’un rapport de Human Rights Watch. […]  S’il n’était pas ex-président de la première puissance mondiale, les éléments rassemblées par l’ONG HRW suffiraient à l’envoyer devant les tribunaux.
(Woxx, 17 novembre 2011)
Tout l'article

 

En novembre 2011, le livre a été présenté sur le site Politique, revue de débats.

 

Dans ce livre, Reed Brody dénonce la sale guerre que les États-Unis ont déclarée à la terreur. Il rappelle les tortures et mauvais traitements infligés dans les centres de détention et pointe la responsabilité de l'administration américaine. […]
Le propos est éclairé par une introduction de Jean-Paul Marthoz.
 (J.-F.P,  Revue Imagine, novembre 2011)
Tout l'article

 

Simulacres de noyades, disparitions de prisonniers ou leur déportation vers des pays qui pratiquent la torture, prisons secrètes, humiliations en tout genre… Ces faits […] sont imputables à la première puissance mondiale, les États-Unis, qui se targuent d'être une nation civilisée. Quelle attitude adopter face à des chefs d'État de pays démocratiques qui violent les droits humains ? C'est le débat auquel invite le livre de Reed Brody.
(François Janne d'Othée, Afrique Asie, novembre 2011)
Tout l'article

 

Le gouvernement américain de George Bush a-t-il autorisé la torture ? Ce procédé est-il admissible dans le chef d'un État démocratique ? Telles étaient les questions au centre de la conférence de Reed Brody et Jean-Paul Marthoz à la librairie waterlootoise Graffiti. Compte-rendu.

(Tanguy de Ghellinck, Blog Sudinfo Waterloo, 31 octobre 2011)
Tout l'article

 

Accusé de “crimes” et de “tortures”, George W. Bush est plus que jamais la cible des défenseurs des droits humains. […] Certaines organisations comme Human Rights Watch, pointent du doigt les “exactions, dérapages et abus” commis par l'administration Bush. L'on cherche à savoir aujourd'hui si l'ex-président des États-Unis, a bafoué ou non les lois américaines au nom de la lutte contre le terrorisme. La problématique fait l'objet d'un livre : Faut-il juger George Bush ? de Reed Brody. Rarement, on aura donc vu une telle détermination à faire épingler un ancien dirigeant occidental pour crimes contre l'humanité.

(AfriSCOOP, 14 octobre 2011)
Tout l'article
 

Sur la seule base des actes de torture, plus de 10 poursuites ont été initié aux États-Unis et plus de 20 à l'étranger contre George Bush et/ou les membres de son administration. Car dans le monde, les espoirs de justice portent encore plus loin que la fermeture de Guantanamo et se résume en la possibilité réelle de demander justice aux ex-président, ex-vice-président, Cheney, et ex-secrétaire à la Défense, Rumsfeld, et ce pour l'ensemble des abus de pouvoir de cette “guerre à la terreur”. Des espérances que nous dévoile Reed Brody, conseiller juridique et porte parole de Human Rights Watch dans son livre : Faut-il juger George Bush ? Plein feux sur un rapport qui dénonce la torture et l'impunité.

(Fabien Salliou, “Nos coups de cœur”, Boutique du Soir, 11 octobre 2011)
Tout l'article

 

Le livre de Reed Brody et Jean-Paul Marthoz a été présenté sur la boutique en ligne d'Amnesty International.

 

Faut-il juger George Bush ? a été recensé dans le périodique Le Bibliothécaire de juillet-août-septembre 2011.

Tout l'article

 

Entretien avec Reed Brody, conseiller juridique et porte parole de Human Rights Watch (HRW). Il livre chez André Versaille un Faut-il juger George Bush ? qui rend l'essentiel d'un rapport publié en juillet par la grande ONG américaine. 

 (Propos recueillis par Pascal Marin, Le Soir, 24 septembre 2011)

Tout l'article

 

Après le 11 Septembre, les dirigeants américains ont choisi la confrontation : deux guerres conventionnelles et une 'guerre contre le terrorisme' caractérisée par l'humiliation des prisonniers musulmans. L'administration Bush, appuyée par une grande partie de l'opinion publique et même par de nombreux intellectuels, a décidé que cette lutte antiterroriste exigeait une politique implacable qui ne saurait être restreinte par les délicatesses du droit international ; que cette 'guerre' rendait 'obsolète' les restrictions juridiques posées par les conventions de Genève sur le traitement et l'interrogatoire des détenus.

(Reed Brody, Le Monde, 10 septembre 2011)

Tout l'article

 

“Les USA ont l'obligation d'ouvrir une enquête criminelle contre George Bush et les autres fonctionnaires de son administration qui ont ordonné des pratiques comme le water boarding et l'utilisation de prisons secrètes. Si les USA ne prennent pas les mesures qui s'imposent, d'autres pays devront le faire.”

(Reed Brody répond aux questions des internautes, lexpress.fr, 10 septembre 2011)

Tout l'article

 

Reed Brody, conseiller juridique et porte-parole de Human Rights Watch, publie Faut-il juger George Bush ?. Dix ans après le 11 Septembre, il fait le point pour ParisMatch.com sur la situation des droits de l'Homme et de la politique aux États-Unis : “Bush a fait exactement ce que Oussama Ben Laden espérait qu'il fasse”…

(Entretien avec Marie Desnos, Paris Match, 9 septembre 2011)
Tout l'article

 

Comme le montre le rapport accablant de l'association Human Rights Watch, le gouvernement Bush, a cru, après le 11 septembre, s'affranchir de toutes les règles au nom de la “guerre contre la terreur”. […] La présente synthèse d'H.R.W., modèle de clarté juridique et historique, s'attaque à ce qui mine la démocratie, à savoir le souci de certains puissants de recourir en son nom à des méthodes qu'elle réprouve. En cela, les auteurs du rapport, des juristes américains reconnus, se révèlent finalement plus patriotes que leurs dirigeants.

(Nicolas Bernard, Histobiblio, 7 septembre 2011)
 Tout l'article

 

Un livre qui apporte de nouveaux éclairages sur les pratiques de l'administration Bush et sur ses responsabilités.
(Metro, 5 septembre 2011)
Tout l'article

 

L'ouvrage invite à un débat bien nécessaire sur des questions fondamentales. […] Dans son introduction, Jean-Paul Marthoz, professeur de journalisme et chroniqueur au quotidien Le Soir, pose la question de savoir quelle attitude il conviendrait d'adopter face à des chefs d'État qui violent les droits humains fondamentaux et pratiquent la torture. “De quel droit les États-Unis pourraient-ils exiger la Justice au niveau international s'ils s'en exonèrent eux-mêmes pour les actes qui leur sont imputés”, relève Jean-Paul Marthoz.

(José Vanderveeren, Agence Belga, 25 août 2011)

Tout l'article

 

Conférences et dédicaces :
 
- Le 26 avril 2012, Reed Brody a donné une conférence à l'école des avocats de Villeurbanne. Plus d'infos ici.
- Le 8 décembre 2011, Reed Brody et Jean-Paul Marthoz ont donné une conférence au Centre d’Action Laïque de Bruxelles (Campus de la Plaine – ULB) sur le thème “États-Unis : Yes, they can”. Plus d’infos ici.
- Le 6 décembre 2011, à 18h30,  à Luxembourg, Reed Brody et Jean-Paul Marthoz, auteur et expert en droits humains, ont présenté le livre qu’ils ont co-écrit, Faut-il juger George Bush ?, et ont débattu ensuite avec le public. Cette conférence-débat, intitulée “Interdit de séjour : George W. Bush”, était organisée par le Woxx, la Friddensinitiativ et le GRIP. Plus d'infos ici.
- Le 27 octobre 2011, Reed Brody et Jean-Paul Marthoz ont donné une conférence à la librairie Graffiti, à Waterloo. Lire le compte-rendu de Tanguy de Ghellinck et voir ses photos.
- Le 27 octobre 2011, le livre de Reed Brody et Jean-Paul Marthoz a été présenté lors d'une conférence de presse-débat, à WBI, Bruxelles. Plus d'infos ici.
- Les 17 et 18 septembre 2011, Reed Brody, était à la fête de l'Humanité, sur le village du livre, pour présenter et signer son livre. Plus d'infos ici.
- Le 16 septembre 2011, de 13 à 15h, Reed Brody, a donné une conférence à Genève sur le rapport Human Rights Watch concernant l'administration Bush et son usage de la torture. Plus d'infos ici

Interview

Lire l'interview que Reed Brody a accordée à Jean-Paul Marthoz du GRIP, au cours de laquelle il a notamment répondu aux questions suivantes :
- Juger Bush ? Ne faudrait-il pas surtout juger les personnes directement impliquées dans les actes illicites, les interrogateurs et les tortionnaires ?
- Est-ce que d'une certaine manière, ce n'est pas finalement ce qui s'est toujours passé [attribuer la responsabilité de ces actes à des sans-grades] ? […]
- Avez-vous des “pièces à convictions” qui vous permettent d'établir la responsabilité non seulement politique mais aussi pénale de l'administration Bush ?
- La torture pratiquée par les États-Unis dans le cadre de la guerre contre le terrorisme a touché un nombre relativement limité de personnes. N'est-ce pas disproportionné que de demander des poursuites contre Bush alors que tant de chefs d'État dans d'autres pays ont commis des crimes beaucoup plus graves ? […]
- Ne serait-il pas plus efficace de poursuivre George Bush en faisant référence au droit américain ? […]
- Demander le jugement de G. Bush ne pourrait-il pas provoquer une réaction nationaliste ?
- Qui poursuivre ? G. Bush n'a pas été seul. Toute une série de personnes portent une part de responsabilité. […] Jusqu'où aller pour être certain que la leçon pénale, juridique et politique soit réelle ?
- Les mesures qui ont été prises par les autorités américaines, par le président Obama mais aussi par les forces armées, à la suite du scandale, sont-elles suffisantes pour considérer qu'aujourd'hui, le risque de torture n'existe plus ?
- S'il n'y a pas de poursuites aux États-Unis, faut-il prévoir des actions au niveau international ?
- Quelle serait la signification sur le plan international d'un jugement des membres de l'administration Bush impliqués dans ces actes de torture ?
Retrouvez les réponses de Reed Brody ici.

In English in English

Click here to show or hide english description

Bonus

- Téléchargez gratuitement la couverture en grand format. (519,53 Ko)

envoyer à un ami
Dernières nouvelles de la maison Guy Verhofstadt et Daniel Cohn-Bendit ont reçu le prix “European Leader of the year 2013” pour leur livre Debout l'Europe !
 
Soutenons “La Quinzaine littéraire” !
Pour devenir actionnaire du journal et combler son déficit, cliquez ici.
 
AVE SE LANCE DANS LE NUMÉRIQUE !
10 livres sont actuellement numérisés et disponibles sur toutes les plateformes :
Guy Verhofstadt et Daniel Cohn-Bendit : Debout l'Europe !
Colette Braeckman : L'Homme qui répare les femmes
Pauline Kayitare : Tu leur diras que tu es hutue
Élie Barnavi : Aujourd'hui, ou peut-être jamais
Élie Barnavi : L'Europe frigide
Ladislaus Löb : L’Affaire Kasztner. Le Juif qui négocia avec Eichmann
J. I. de Haan : De notre envoyé spécial à Jérusalem
Al-Quaida : Manuel pratique du terroriste
Sade : Florville et Courval
Laure Guilbert : Danser avec le IIIe Reich

La suite de nos ouvrages très prochainement !
 
Pauline Kayitare (Tu leur diras que tu es hutue) a remporté le Prix littéraire Laurence Tran. Ce prix récompense les ouvrages véhiculant des valeurs telles que le rapprochement entre les cultures, la défense des libertés et la solidarité pour les démunis. 
 
Le docteur Denis Mukwege, un héros congolais.
Son courageux combat est raconté par Colette Braeckman dans le livre L'Homme qui répare les femmes.
En publiant son récit, nous souhaitons relayer son combat, amplifier son appel au secours, et ne pas permettre, malgré les menaces, que sa voix soit étouffée !
 
Le livre de Chantal Morelle, Comment de Gaulle et le FLN ont mis fin à la guerre d’Algérie, a remporté le Prix “Mondes en guerre, mondes en paix” 2012. Plus d'infos ici.  
 
Les Paradis fiscaux : “La plus récente bible sur le sujet.” (Edwy Plenel, Mediapart)
 
Le Nouveau Monde arabe : “Clair et didactique.” (Jean-Pierre Filiu, Le Monde diplomatique)

 
Ce mois-ci :

En rendant le dernier soupir, vous avez dit “Vive la France !”

par Charles de Gaulle

(11 novembre 1942)

Nos livres à télécharger Où trouver nos livres ?

Retrouvez-nous aussi sur

 Mes livres sur Babelio.com

 
© André Versaille éditeur - Réalisation: Vertige ASBL